Le désir de s’occuper de sa surcharge pondérale est souvent dicté par des impulsions subjectives. En effet, les personnes ainsi concernées ont tendance à définir par eux-mêmes le poids qu’ils vont perdre et les régimes et autres méthodes auxquels elles vont recourir. Avant de se lancer dans un programme de perte de poids, il est important de connaître l’avis d’un spécialiste en la matière qui effectuera un bilan physique permettant d’évaluer la forme corporelle ainsi que la valeur du poids qui est nécessairement à perdre pour un individu. Ce bilan permet d’évaluer toutes les données concernant le métabolisme d’une personne et de choisir la formule pour maigrir la mieux adaptée à son corps.

Le corps

L’anatomie de l’être humain est composée de deux parties. La première est la masse grasse. Celle-ci est constituée de la masse grasse constitutionnelle et de la masse grasse de réserve. La deuxième est la masse maigre qui comprend la masse musculaire, la masse osseuse et la masse des autres tissus tels que les viscères et le sang. Le volume et la répartition de ces masses constituent le fondement même de l’évaluation du métabolisme au cours du bilan physique après lequel seront prises les mesures dans une optique de perte de poids.

Des valeurs à connaître

Différentes constantes très significatives sont calculées lors du bilan physique. Cela permettra de déterminer la fourchette de poids idéale à atteindre. Plusieurs critères sont considérés. L’âge de l’individu, sa corpulence ou ses mensurations qui comprend son poids, sa taille et sa corpulence osseuse et son sexe constituent les bases du raisonnement.

Sont alors estimés l’Indice de Masse Corporelle (IMC) appelée également Body Mass Index (BMI) ou encore indice de Quételet et le DER ou dépense énergétique basale qui est calculée sur la base de la masse maigre de la personne.

Ces différents chiffres permettront de donner un ordre de grandeur à un amaigrissement réfléchi.

L’indice de masse corporelle ou masse grasse

Cette valeur est le résultat du rapport entre le poids exprimé en kilogrammes de l’individu et le carré de sa taille exprimée en mètres. La signification de la valeur diffère chez les deux sexes. Chez les personnes de sexe féminin, la valeur idéale est comprise entre 18 et 22 kilogrammes par mètre carré. Le poids est en excès entre 23 et 27, il engendre des effets néfastes sur la santé. Et la personne est qualifiée d’obèse lorsque l’IMC est supérieur à 28 et il faut faire attention car les mauvais effets sur la santé s’aggravent.

Pour les hommes, le poids est idéal lorsque le BMI est situé entre 20 et 25. L’excès de poids est effectif avec un IMC située entre 26 et 29. Au-delà de 29, le surpoids est très important et il est plus que temps de prendre les mesures nécessaires car les effets de la surcharge pondérale sont les mêmes chez tout le monde.

Ces conséquences sont dues au fait que le surplus de poids sollicite excessivement les tendons, les os et tous les muscles comprenant celui le plus important, le cœur. Cette grande demande provoque une usure et un vieillissement prématuré de ces différentes parties de l’anatomie.

En définitive, l’obtention de l’indice de masse grasse permet d’évaluer le poids idéal à atteindre et d’avoir ainsi des objectifs clairs et quantifiables avant de se lancer dans un régime ou autres procédés destinés à faire perdre les kilos superflus et à se maintenir en forme par la même occasion.

Les mensurations

Si elles constituent la base de calcul des différentes valeurs importantes, elles sont aussi le reflet d’une d’un excès de graisse. C’est ainsi que la mesure du tour de taille indique directement la graisse susceptible d’obstruer les artères. Cela peut être à l’origine de l’hypertension artérielle, du diabète et des différents troubles cardiovasculaires. Ainsi, le risque sera de plus élevé lorsque la tour de taille dépasse les 102 centimètres chez les hommes et les 88 centimètres chez la femme.

La masse maigre

Son calcul permet d’évaluer la dépense énergétique basale d’un individu dans le but de choisir adéquatement le niveau initial du régime amaigrissant qui lui sera approprié. A cet effet sont alors détectées les insuffisances en masse musculaire qui sont souvent dues à l’utilisation répétée de régimes hypocaloriques et sans féculents. Il s’agit de ces régimes qui contraignent le corps à puiser dans le stock d’acides aminés disponibles pour compenser le manque de sucres lents, ce qui entraîne par la même occasion une dépense énergétique très basse par rapport au poids de la personne. Cela renforce un peu plus l’inefficacité des régimes sans féculents et la fréquence des effets yoyo.

En bref, pendant la période d’amaigrissement, la masse maigre ne doit pas trop diminuer et doit être au moins être proportionnelle à la corpulence de l’individu. C’est dans cette vision même que dans un programme de minceur, il est plus que primordial de coupler un régime alimentaire avec une activité physique dans le dessein d’entretenir correctement la masse musculaire et d’effectuer une bonne dépense énergétique.

La quantité de graisse à perdre

Après le bilan physique, il est possible d’évaluer approximativement la masse de graisse à perdre. Il est important de savoir que chez la femme que le compromis rationnel est situé entre quatre valeurs, le poids à 20 ans, le poids pendant les quelques mois suivant la grossesse, le poids que l’on a réussi à maintenir sans trop de soucis et enfin le poids où l’on s’est senti spécialement en pleine forme.

Lorsque le programme sera entamé, il est nécessaire de savoir que celui-ci se fera en deux étapes. La première est le démarrage un peu sévère durant lequel il est inévitable de faire un régime pauvre en calories, en graisses et en sucres. Ce stade diffèrera selon que la prise de poids est récente ou que celle-ci a été étendue dans le temps. La deuxième étape est celui du suivi diététique. Pendant cette période, la personne en diète apprendra à prendre des bonnes habitudes alimentaires et à se restructurer une bonne hygiène de vie. Cela évitera efficacement le tant redouté effet yoyo.

Attention, quoique indique le bilan physique, il est primordial de ne pas se fixer des ambitions trop démesurées. A côté, il est inutile de s’imposer des restrictions trop sévères. Et il faut se dire que sans résultat probant et valorisant, il est judicieux de tout arrêter et de se tourner vers d’autres programmes.

(Visited 39 times, 1 visits today)