Conduire une moto présente de nombreux avantages. En effet, avec un engin à deux-roues, vous ne subirez plus les affres des embouteillages interminables. D’ailleurs, il est plus facile de circuler à moto que dans une voiture. De plus, si vous voulez bien conserver une certaine liberté sur la voie, opter pour une moto est le meilleur choix que vous pourrez faire.

Cependant, pour profiter de tous ses avantages, vous devez nécessairement obtenir votre permis moto. Si vous ne possédez pas ce document, vous n’êtes pas autorisé à circuler à moto en France. Depuis le 1er mars, le permis moto a connu quelques changements qu’il est important de connaitre avant de se lancer dans l’aventure.

Passez votre permis moto en candidat libre

Avant de vous présenter les nouveautés qui caractérisent le permis moto cette année, sachez que vous avez le choix entre vous inscrire dans une auto-école ou passer l’examen en candidat libre. Cette dernière option est particulièrement intéressante pour ceux qui n’ont pas le temps de suivre des cours dans une auto-école ou qui savent déjà parfaitement conduire et désirent enfin obtenir le permis de conduire.

Lorsque vous décidez de passer votre permis moto en candidat libre, vous devez réaliser toutes les démarches concernant l’examen par vos propres moyens. Heureusement, il existe aujourd’hui des plateformes qui facilitent la tâche aux candidats qui optent pour cette solution. Ainsi, en vous rendant sur cette page par exemple, vous apprendrez comment vous inscrire en candidat libre pour passer votre permis moto.

permis moto

En général, la première chose à faire est de créer un compte usager sur le site internet de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés) pour avoir vos identifiants. Lors de cet enregistrement, plusieurs documents seront exigés. Vous devrez donc fournir une pièce d’identité, une photo d’identité, un justificatif de domicile, une attestation de participation à la JDC si vous avez moins de 25 ans et un titre de séjour si vous êtes étranger.

Après cette inscription, vous obtiendrez un numéro d’enregistrement préfectoral harmonisé (NEPH). Vous pourrez ensuite poser votre candidature pour les épreuves de l’examen du permis. L’inscription au Code peut être réalisée en ligne afin de passer l’évaluation dans un centre agréé par l’État. Une fois que votre candidature est validée, vous recevrez une convocation avec votre date de passage.

Pour l’épreuve pratique, vous devrez vous adresser au service qui se charge de l’examen dans votre département. Il peut s’agir de la direction départementale des territoires ou d’un bureau à la préfecture.

Que faut-il savoir sur le permis moto 2020 ?

Comme énoncé plus haut dans cet article, depuis le 1er mars 2020, tout a changé au niveau du permis moto.

Ainsi, afin de décrocher son permis, il faut d’abord passer l’examen théorique moto (ETM) qui est un Code spécifique. En conséquence, les candidats au permis moto ne devront plus passer le même Code que les automobilistes, l’examen théorique général (ETG). Cela veut dire que si vous avez déjà passé et obtenu l’ETG avant la mise en application de ce nouveau décret, vous devrez quand même passer l’ETM.

À l’instar de l’ETG, l’épreuve théorique moto est validée lorsque le candidat donne au moins 35 bonnes réponses sur les 40 questions posées. Les interrogations de cette épreuve portent sur la circulation, la maîtrise des éléments mécaniques de sécurité d’un engin à deux roues et sur la sécurité.

Le point positif de l’ETM est qu’elle remplace l’évaluation qu’il fallait passer pendant le plateau. Fini le stress de cette épreuve que bon nombre de candidats révisaient encore le jour J pour éviter une mauvaise note ou un échec.

L’épreuve hors circulation ou le plateau du permis moto 2020 ne change pas vraiment. Autrefois, elle était composée de plusieurs phases (déplacement de la moto sans allumage du moteur, parcours lent avec et sans passager, parcours rapide et le freinage d’urgence). Le nouveau permis moto 2020 n’a pas changé toutes ces évaluations. Cependant, elles ne sont plus segmentées et sont contenues dans une épreuve qui dure 10 minutes.

Chaque étape a sa propre note. A si les connaissances sont maîtrisées, B si le candidat peut mieux faire, et C si les connaissances ne sont pas acquises. Pour valider l’épreuve, vous devez obtenir au moins un A et 3B. Si vous obtenez un C, vous êtes d’office éliminé.

Comment réussir toutes les épreuves de cette épreuve ?

Pour valider le plateau, vous devez bien réaliser, si possible, la poussette, le parcours lent et le parcours rapide.

Lors de la phase de la poussette, il faudra démarrer en poussant votre engin moteur éteint sur quelques mètres, faire un aller et retour sans renverser les cônes placés sur le parcours et sans faire tomber la moto. Auparavant, le parcours de la poussette était constitué d’un virage. Désormais, il s’agit d’une ligne droite. En fonction de votre performance, vous obtiendrez un A ou un B.

Pendant le parcours à basse vitesse, on vous demandera de réaliser votre parcours en 18 secondes au moins pour avoir la note B et en 20 secondes pour avoir un A. Si vous effectuez le parcours en moins de 18 secondes ou si vous renversez un cône, vous aurez un C.

Après votre demi-tour, vous prendrez un passager que vous déposerez après quelques virages, tout en conservant une allure lente.

Enfin, vous passerez immédiatement au parcours rapide sans prendre une pause. Pour réussir cette étape, vous devrez effectuer un freinage d’urgence, un slalom et un évitement d’obstacles en 3e vitesse et à une allure de 50 km/h.

L’évaluation de la circulation

Pour ce dernier examen, plusieurs modifications sont enregistrées. En premier lieu, l’épreuve est plus longue. Désormais, elle durera 40 minutes au lieu de 30 minutes. Pendant cet examen, vous devrez respecter le Code de la route et rouler avec prudence. Il faudra également faire preuve de courtoisie envers les autres usagers de la route.

Vous devrez aussi montrer votre aptitude à gérer les trajectoires lors des virages. Vous serez en situation réelle. De fait, il faudra faire attention et adopter les bonnes habitudes que vous devrez avoir lorsque vous roulerez seul. Par ailleurs, pour valider l’épreuve de la circulation, vous devez avoir au moins 21 points sur 27.

(Visited 19 times, 1 visits today)