Très tendance, l’allée en dalles est bien plus qu’un chemin. En effet, il fait partie intégrante de la décoration d’extérieur et, permet aussi de délimiter les espaces et de circuler aisément. Tracé fantaisiste, aléatoire ou rectiligne, quels sont les étapes pour réaliser une allée en dalles ?

Choisir le matériau

Le choix du matériau donne de la personnalité et du cachet tant au jardin qu’à l’habitation. Mieux vaut dès lors le choisir avec goût. Vous éviterez donc les gravillons – qui demandent énormément d’entretien – ainsi que le béton brut qui donne une ambiance froide.

Mieux vaut directement porter son choix sur des matériaux naturels. Ces derniers ont l’avantage de conférer à l’allée un rendu très naturel et noble. Optez pour les dalles de schistes dont l’aspect et la couleur rappellent l’ardoise, n’ont rien à envier aux autres matériaux naturels. Leur utilisation apporte cette touche de modernité, d’esthétisme et de sophistication sans oublier l’essentiel : la robustesse et la qualité.

Définir le tracé

Une fois le matériau choisi, il est important d’effectuer un piquetage grossier du chemin. Délimitez ainsi la taille et la forme de l’allée. Pour cela, aidez-vous de piquets que vous apposerez tous les deux à trois mètres qui délimiteront les bordures sur lequel vous fixerez un cordeau. Cela vous permettra d’avoir un guide tout au long de l’élaboration du chemin et d’avoir une idée du rendu une fois le piquetage achevé. Ainsi, si cela ne convient pas, il est encore temps d’en modifier le tracé. Délimitez notamment la taille et la forme de l’allée.

En général, il faut compter 0.75 mètres de largeur au minimum et 1.5 mètres de largeur pour une allée piétonnière.

Préparer la pose des dalles

Une fois le tracé définitif validé, préparez l’assise en enlevant – à l’aide d’une pioche, d’une pelle, d’une mini-pelle par exemple – entre dix et quinze centimètres de terre. Avant de remplir, étalez une toile horticole perméable voire une toile géotextile au fond du trou pour éviter les mauvaises herbes.

Remplissez l’espace d’un mélange de sable et de gravier compactés sur une épaisseur d’environ cinq centimètres. Pour obtenir un sol drainant et bien compact, n’hésitez pas à réitérer l’opération quelques jours après et ce, jusqu’à ce que le tassement soit homogène.

Détail important : mieux vaut prévoir une légère pente dans le sens du ruissellement de l’eau. Cela, vous évitera les formations de flaques d’eau, l’eau croupie aux abords de votre allée. Pour cela, donnez une légère pente entre un et deux centimètres vers l’extérieur.

Poser les dalles

Une fois l’assise bien travaillée et prête, parsemez de manière homogène une couche de sable fin. Déposez-y les dalles de schistes en les espaçant les unes des autres en fonction du rendu souhaité. A l’aide d’une massette, tapez sur chaque dalle – à l’aide d’un maillet en caoutchouc – afin qu’elle soit correctement calée. Commencez toujours par un bord de l’allée.

Remplissez ensuite les espaces avec du sable fin puis arrosez. Le sable fin à cette étape n’est pas obligatoire. En effet, les joints peuvent être garnis de plantes vivaces, de fleurs, d’herbe voire de galets blancs par exemple. A vous de définir quelle allure vous souhaitez donner au rendu final. Sachez néanmoins que les plantes quelles qu’elles soient demanderont un entretien régulier à l’inverse du sable qui se patinera avec le temps.

(Visited 85 times, 1 visits today)