Le calcul du coût d’un crédit dépend de nombreux paramètres. Le taux de prêt est bien évidemment primordial mais le coût final est aussi lié aux frais de garantie, au montant du prêt, sa durée, au montant de l’apport personnel….  Tour d’horizon.

Lors de la souscription d’un prêt, la comparaison entre plusieurs propositions est souvent délicate. En effet, chaque banque a ses pratiques particulières en terme de frais de dossier, de frais de garantie et de taux d’emprunt. Outre les spécificités de chaque banque, le coût d’un crédit dépend également énormément de la longueur du prêt et de son montant. Globalement, la comparaison entre plusieurs offres de banques distinctes doit toujours se faire à partir du Taux Effectif Global (TEG) et jamais à partir du taux de base. La différence entre les deux ?

Le TEG inclut tous les frais annexes (frais de dossier, frais d’assurance, prise de garantie…). Le taux de base lui donne une indication sur le prix des seuls intérêts appliqués à l’amortissement du prêt. Sachant que dans la plupart des cas un taux de base attractif est associé à des frais élevés, il est plus que prudent de comparer les propositions sur le TEG. Globalement toujours, plus la durée de prêt est longue et plus le crédit coûtera cher. Cette vérité tient tout simplement au fait que le taux d’intérêt est calculé sur le restant dû. Mathématiquement, plus le prêt s’étale sur une longue durée et plus les échéances mensuelles sont moindres ce qui implique par ricochet que le « restant dû » est élevé ! Logiquement, plus le prêt est long et plus les échéances sont moindres, donc plus il reste de capital restant dû.

Ce paramètre est très important notamment lorsque le prêt est un prêt immobilier pour lequel le montant emprunté est important ! Si le prêt est assorti d’un apport personnel conséquent, les banques auront tendance à faire un effort sur le taux d’intérêt pratiqué puisque globalement, l’établissement bancaire prendra moins de risques ! Sachez enfin que l’assurance proposée par la banque en association à une offre de prêt n’est en aucun cas une obligation. En effet, et contrairement à une idée reçue, une assurance de prêt peut parfaitement être contractée à la concurrence.

(Visited 46 times, 1 visits today)